« La liberté est la source commune du droit et du devoir »

Jules Lequier a milité en faveur du retour de la République lors des événements de 1848. Alors que la France vient d’être atteinte dans ses grands principes républicains, nous reproduisons ci-dessous un extrait de sa profession de foi pour les élections à la députation, publiée en avril 1848 :

Citoyens des Côtes du Nord,

Républicain du fond du cœur, je viens proposer mon nom à vos suffrages. Malgré le peu de titres que j’ai à les obtenir, ma conscience me dit que vous ne regretteriez pas de me les avoir donnés.

L’Assemblée Nationale va poser les bases de la constitution républicaine. Prêt à m’expliquer plus au long devant vous ou vos délégués, il me suffira ici d’exposer en peu de mots ma pensée.

Conformément à la haute idée que nous nous faisons tous aujourd’hui de la personne humaine, la constitution proclamera comme principe suprême le principe de la liberté absolue, c’est-à-dire la liberté la plus large que puisse concevoir le législateur.

Liberté de presse, liberté d’association, liberté d’enseignement, liberté religieuse.

La liberté est la source commune du droit et du devoir. Si l’exercice de sa liberté est pour chacun le premier des droits, respecter la liberté d’autrui est pour chacun le premier des devoirs ; et qui ne fait pas son devoir abdique son droit.

___

NB : Le prochain Cahier Jules Lequier contiendra une lettre inédite de Lequier à Renouvier sur ce sujet,

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s